Bienvenue sur L'Observatoire Crédit Logement / CSA

1er trim. 2021

Crédit immobilier

En dépit de la montée des risques de défaut d’une partie des emprunteurs, les banques ont choisi d’améliorer les conditions des crédits. En mars, le taux moyen retrouve un minimum déjà atteint fin 2019 et la durée moyenne s'élève à son plus long jamais constaté.

Taux bas et durées longues, en allégeant les conditions de crédit, les établissements bancaires soutiennent toujours la demande.
 
Malgré ces bonnes conditions de crédit, la contrainte sur le taux d'apport, induite par la recommandation HCSF, réduit l'activité de production de crédits, d'autant plus marquée après une forte expansion jusqu'en 2019, portée par l'accession des ménages modestes.

Taux moyen

1er trimestre 2021

1,13%

1,11% en mars

15 ans 20 ans 25 ans
| | |
0,89 %  1,01 %   1,23 %  

Durée

ENSEMBLE DES MARCHÉS

231 Mois

la durée moyenne remonte.

Activité des marchés

NOMBRE DE PRÊTS ACCORDÉS

Rebond de l'activité sans gommer les tendances récessives du marché

Pour approfondir

Raw data
Date,Ensemble des marchés,Marché du neuf,Marché de l'ancien
T1-01,96.3,92.4,102.7
T2-01,96.4,92,102.3
T3-01,98.4,95.7,104.9
T4-01,97.2,94.1,103.3
T1-02,99.6,96.3,102.2
T2-02,96.9,94.9,101.5
T3-02,102.8,94.9,100.9
T4-02,96.3,93.6,101.3
T1-03,96.3,95.3,101.3
T2-03,96.1,95.4,100.5
T3-03,95.7,94.8,100
T4-03,95.1,94.6,99
T1-04,94.9,95.3,100.1
T2-04,94.7,94.7,97.7
T3-04,94.2,95.1,97.5
T4-04,93.9,93.6,96.9
T1-05,94.7,97.7,98.4
T2-05,95.5,98.1,98.7
T3-05,95.3,98.3,98.4
T4-05,95.6,96.7,97.6
T1-06,94.7,96,97.3
T2-06,94.1,96.3,95.9
T3-06,92,94.2,94.3
T4-06,94.2,95,95.3
T1-07,92.7,93.9,95.2
T2-07,95.4,97.8,96.7
T3-07,96.1,100.3,97.7
T4-07,96.3,98.2,99.2
T1-08,97.1,101.1,97.5
T2-08,96.3,98.9,98.1
T3-08,97.8,100.6,99.4
T4-08,101.6,103,102.2
T1-09,101.6,101.1,101.8
T2-09,99,99.1,100.2
T3-09,99.6,100.3,101.3
T4-09,96.6,98.3,98.5
T1-10,97.5,97.4,99.5
T2-10,96.2,96.3,98.5
T3-10,98.4,99.5,100.3
T4-10,96.4,97.6,98
T1-11,98.4,99.8,97.4
T2-11,99.1,101.7,96.2
T3-11,97.6,103.4,97.1
T4-11,98.6,103.5,96.9
T1-12,95.5,99.3,94.6
T2-12,96,99.2,93.8
T3-12,95.7,97.5,95
T4-12,95.8,99.6,95.6
T1-13,97.7,99.4,96.5
T2-13,97.3,97.7,96.6
T3-13,96.5,97.6,96.2
T4-13,96.5,94.8,96.1
T1-14,95.9,96.9,96.6
T2-14,95,97,97.4
T3-14,99.3,99,98.1
T4-14,99.3,99.6,99.4
T1-15,100.4,98.6,100.4
T2-15,99.9,101.1,99.8
T3-15,99.5,99.5,99.4
T4-15,100.1,100.8,100.3
T1-16,101.6,105.3,100.4
T2-16,102.8,107.3,100.2
T3-16,104.1,108,100.8
T4-16,103.2,108.3,100.4
T1-17,100.7,104.5,98.9
T2-17,99.9,102.9,98.9
T3-17,101.8,103.6,98.9
T4-17,101.6,102.5,99.4
T1-18,100.5,98.5,99.5
T2-18,99.1,98.9,98.7
T3-18,98.9,99.2,99.1
T4-18,100.5,99.0,98.2
T1-19,98.5,95.7,99.5
T2-19,98.0,96.4,98.6
T3-19,100.9,97.0,99.9
T4-19,99.1,97.4,99.2
T1-20,98.8,96.6,99.2
T2-20,100.7,96.1,100.3
T3-20,100.2,97.6,100.4
T4-20,101.4,96.5,101.5
T1-21,102.8,99.6,100.9

Indicateur de solvabilité

ENSEMBLE DU MARCHÉ

Le niveau de l’apport personnel s’élève de plus en plus rapidement. En conséquence, l’indicateur de solvabilité de la demande en bénéficie et se redresse à un niveau élevé déjà constaté au milieu des années 2010. La transformation du marché a en effet été telle, que les emprunteurs qui restent sur le marché bénéficient de très bonnes capacités d’emprunt. 

Mais bien sûr, ce résultat tient largement à la sortie du marché des clientèles les moins bien dotées en apport et aux situations budgétaires les moins confortables.


MARCHÉ DU NEUF

Sur la marché du neuf, cet indicateur de solvabilité se relève. Cela ne suffit pas encore pour compenser son décrochage passé notamment du fait de l'augmentation des prix des logements neufs, cependant cette évolution rompt avec la situation observée durant les années précédentes.

MARCHÉ DE L'ANCIEN

Dans l'ancien, alors que les conditions de crédit restent très bonnes, l’indicateur de solvabilité se redresse aussi, en dépit de la hausse des prix des logements qui persiste. L’indicateur bénéficie de la transformation du marché et donc de l’accroissement de la part des ménages aisés.

 

 

Taux moyen

Les taux au plus bas

1,13%

  

 

Moyenne  sur l'ensemble des marchés

1,13% moyenne trimestrielle, 1,11% en mars, le taux moyen a reculé de 5 points de base depuis décembre dernier, quand les établissements de crédit ont affiché des baisses de 8 à 9 points de base dans les barèmes de taux pour toutes les maturités de prêts. Encore une fois, c'est le déplacement de la production vers les durées les plus longues qui a neutralisé une partie de l’impact de ces baisses sur le taux moyen.

Préts du secteur
concurrentiel

Taux moyen 
en %

Sur 15 ans Sur 20 ans Sur 25 ans
Décembre 2020 1.16 0.97 1.10 1.35
Mars 2021 1.11 0.89 1.01 1.23
En savoir plus

Durée

La durée moyenne remonte à son plus long en mars

231 mois

Moyenne sur l'ensemble des marchés

Les durées s’allongent à nouveau rapidement en 2021, pour atteindre 236 mois en mars, à leur plus long jamais observé. Les établissements bancaires ont cherché à améliorer la capacité de recours au crédit, notamment pour les emprunteurs les plus modestes, pour compenser en cas d'apport personnel insuffisant pour correspondre  au taux d'effort acceptable pour le HCSF.
Les emprunteurs les plus modestes ont bénéficié d’une durée en augmentation de 11 mois entre décembre 2020 et mars 2021 : une telle évolution reste sans précédent, sur un laps de temps aussi court !
En savoir plus

ACTIVITÉ
DES MARCHÉS

En dépit de bonnes conditions de crédit, la contrainte sur le taux d'apport réduit l'activité de production de crédits, surtout après une forte expansion jusqu'en 2019, portée par l'accession des ménages modestes.

 

Evolution de la production

En mars la demande s’est nettement redressée comme cela est souvent le cas avec l’arrivée du printemps. Le rebond paraît d’autant plus prononcé qu’en mars 2020, référence du glissement annuel, l’activité avait lourdement chuté avec le confinement. Mais ce rebond n’a pas encore réussi à totalement gommer les tendances récessives du marché. 

ACTIVITÉ DU
MARCHÉ DES CRÉDIT
(HORS RACHATS DE PRÊTS)
MONTANT DE PRODUCTION
DE CRÉDITS
NOMBRE DE
PRÊTS BANCAIRES
ACCORDÉS

Evolution

1er trimestre 2021 / 1er trimestre 2020

- 6,3 % - 1,6 %

Mars 2021 / Mars 2020

+ 29.3 % + 33.5 %




 

EN SAVOIR PLUS

COÛT RELATIF MOYEN

L'augmentation du coût des opérations réalisées par les ménages ralentit depuis le début de l’année, de même que les revenus des ménages qui réalisent ces opérations.

Aussi, le coût relatif se maintient sur les niveaux les plus élevés constatés jusqu’alors : 4.4 années de revenus au 1er trimestre 2021, comme il y a un an à la même époque. 
En savoir plus

INDICATEUR DE SOLVABILITÉ

Malgré la situation actuelle, l'indicateur de solvabilité, ainsi que la capacité des ménages à acheter marquent des améliorations très nettes. Ce paradoxe souligne la transformation des clientèles, avec une part plus importante de ménages aux revenus plus élevés, au détriment de la place des ménages les plus modestes.
 
L’indicateur de solvabilité de la demande se redresse donc mécaniquement à un niveau élevé déjà constaté au milieu des années 2010. La transformation du marché a en effet été telle, que les emprunteurs qui restent sur le marché bénéficient de très bonnes capacités d’emprunt. 

Mais bien sûr, ce résultat tient largement à la sortie du marché des clientèles les moins bien dotées en apport et aux situations budgétaires les moins confortables.

En savoir plus

CAPACITÉ DES MÉNAGES À ACHETER

Grâce à la transformation des clientèles et la hausse des revenus associée, la capacité des ménages à acheter s'améliore dans 20 % des villes de plus de 100 000 habitants pour lesquelles ont été construits les indicateurs Crédit Logement/CSA - LPI .
De même, la surface achetable n'a que faiblement varié dans 38 % des villes. Les conséquences de la hausse des prix sur la capacité des ménages à acheter sont atténuées par cette transformation du marché.
Il demeure cependant 42 % des villes où la hausse des prix a provoqué le recul de la capacité des ménages à acheter en dépit de l’augmentation générale des apports personnels mobilisés et du déplacement du marché vers des acquéreurs plus aisés.
En savoir plus

Identité observatoire

Michel Mouillart, Crédit Logement et L’Institut CSA
L’Observatoire est né de la synergie entre trois expertises.
Créé en 2007, il propose une analyse précise du financement des marchés résidentiels en France.

L’Observatoire est né de la synergie entre  Michel MOUILLART, Professeur d’Économie, Crédit Logement, société spécialiste de la garantie des prêts immobiliers aux particuliers, au service des banques et de leurs clients, et  CSA Research, expert des études marketing et d’opinion, sur l’ensemble des secteurs clés de l’économie.

Les analyses réalisées par L'Observatoire s'appuient sur un portefeuille d’environ 250 000 opérations immobilières nouvelles garanties chaque année.

L’Observatoire Crédit Logement / CSA propose ainsi une analyse de l’évolution d’indicateurs moyens, sur des registres d’observation comparables et à structure de marché inchangée. Cette méthodologie garantit une cohérence d’ensemble et permet de traduire la réalité de l’évolution des marchés immobiliers.
En savoir plus

Contact
presse

L’Espace presse vous donne un accès rapide aux ressources des publications, graphiques, tableaux de bord et analyses et répond aux questions fréquentes posées par la presse sur le périmètre d’étude de l’Observatoire.
Accès espace presse

Toutes nos
publications

Retrouvez les derniers mensuels et l’ensemble des publications trimestrielles de L’Observatoire Crédit Logement / CSA.
Publication complète

Lexique

Explications des termes relatifs aux indicateurs et au périmètre étudiés.
Consulter le lexique

Nos vidéos

Extraits vidéos des Conférences trimestrielles
Afficher tout